Mon panier

Fermer
Livraison gratuite avec achat de 75$ et +

Histoire de Farine Five Roses, Montréal

Farine Five Roses, Montreal photo Old Port MTL Flour PLB History Histoire

 

Texte : Raymonde Paradis  |  Photo : Carlos Guzman

 

J’ai récemment acheté un T-shirt avec le logo Farine Five Roses réinterprété par Pierre-Luc Bouthillier, créateur de la compagnie PLB Design. Curieuse d’en apprendre plus sur sa démarche, je lui ai posé quelques questions.


Quels sont vos thèmes de prédilection pour les logos que vous dessinez sur vos T-shirts?

Je m’intéresse surtout aux icônes du paysage montréalais et à l’environnement.   


Et pourquoi avez-vous choisi de dessiner un logo à l’image de l’enseigne Farine Five Roses en particulier?

En plus de faire partie de l’ univers montréalais, l’enseigne FARINE FIVE ROSES m’a toujours interpelé à cause d’une histoire familiale. En effet, j’ai grandi sur la Rive-Sud de Montréal, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Mon grand-père était grossiste et venait chercher de la farine à Montréal pour la livrer aux magasins généraux en région.

Un jour, mon grand-père a fait une crise cardiaque en face de la minoterie Ogilvie, sur laquelle est installée l’enseigne. Il est mort subitement à l’âge de 69 ans. Par la suite, chaque fois que je venais à Montréal avec mes parents, ils racontaient l’histoire quand on apercevait l’enseigne.


Comme l’explique Pierre-Luc, le néon lumineux Farine Five Roses est l’un des premiers éléments que l’on aperçoit lorsqu’on arrive à Montréal par l’autoroute Bonaventure en provenance de la Rive-Sud. Par curiosité, j’ai fouillé un peu plus l’histoire de cette enseigne. Voici ce que j’ai trouvé.

En 1946, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, Ogilvie Flour Mills ouvrait un moulin à farine dans un secteur industriel du havre de Montréal. Un premier néon a été installé sur le toit de l’élévateur deux ans plus tard avec l’inscription OGILVIE FLOUR MILL. En 1954, la compagnie a acheté la marque de farine Five Roses et change l’appellation sur l’écriteau pour FARINE FIVE ROSES FLOUR. En 1977, après l’adoption de la Charte de la langue française qui impose l’utilisation de la langue française dans toute forme de communication publique, le mot « flour» est retiré de l’enseigne.

À ce propos, plusieurs personnes au Québec dans le passé appelaient la farine «fleur», confondant probablement les mots anglais « flour» (farine) et «flower» (fleur), qui se prononcent de la même façon.

Au début des années 1990, Ogilvie Flour Mills vend son entreprise à Archer Daniels Midland (ADM). En 2006, on a craint pour la disparition de l’enseigne, parce qu’ADM a vendu la marque de farine Five Roses à Smucker. L’icône a survécu grâce à la vigilance d’organismes montréalais soucieux de conserver cette part du patrimoine industriel montréalais. La nouvelle compagnie a même investi une somme de près d’un million de dollars en 2013 pour restaurer l’écriteau.

Il reste à espérer que ce phare lumineux continue longtemps à accueillir les gens à leur entrée sur l’île de Montréal.

Farine Five Roses T-shirt PLB
T-shirt Farine Five Roses
par PLB
Photo : Martine Doyon

 

Farine Five Roses PLB T-shirt Montreal 2019 MTL YUL Design

Photo : Patrick Cardinal

5 comments

  • Micheline Mongrain-Dontigny: November 10, 2021

    Voici plus de précision sur l’histoire de la farine Five Roses. Ces références sont tirées de témoignages receuillies auprès de personnes âgées du Québec et du livre L’histoire morale et universelle de l’alimentation de Maguelonne Toussaint-Samat.

    À ce propos, dans le passé plusieurs personnes au Québec appelaient la farine «fleur» parce qu’autrefois les meuniers offraient une farine moulue fine et une plus grossière. La “fleur de farine” servait à faire de la pâtisserie commes les gâteaux et les tartes. Le mot “fleur” était aussi utilisé dans l’ancienne France. Le mot fleur n’est donc pas une mauvaise traduction du mot anglais « flour».

    Micheline Mongrain-Dontigny, auteur et historienne culinaire

  • Micheline Mongrain-Dontigny: November 10, 2021

    Bonjour, je me permets d’apporter un élément différent en ce qui concerne le mot fleur/flour dans votre texte français décrivant l’histoire de l’enseigne de la farine Five Rose

    En fait le mot fleur a bien été utilisé en français car autrefois il désignait la farine moulue plus fine moulue pour les gâteaux et pâtisseries. On disait “fleur de farine”. La source de cette information provient du livre de Maguelonne Toussaint Samat dans son livre L’histoire universelle et morale de l’alimentation. Pour ma part je peux le documenter avec des témoignages recueillis auprès de personnes âgées lors des mes enquêtes pour écrire mes livres de cuisine sur des régions du Québec. Ces personnes m’ont confirmé avoir utilisé le mot fleur de farine.

    Bien sincèrement,

    Micheline Mongrain-Dontigny
    auteure et historienne en cuisine
    https://cuisineravecmicheline.com/fr/

  • Marie-Eve Bouthillier: August 11, 2019

    Génial ! Quel superbe idée de faire connaître Montréal à travers ses histoires (petites et grandes) et clin d’oeil familial. Bravo Pierre-Luc !

  • Emilio Norcia: August 11, 2019

    Interessant de connaitre l’œuvre de création de l’artiste et son inspiration.

    J’aime bien les chandails de PLB.

    Continuez votre œuvre.

  • Lucie de Montigny: August 07, 2019

    Très intéressant . Félicitations pour cette initiative

Leave a comment

All blog comments are checked prior to publishing